Yasmina Khadra, L’attentat, éditions Julliard, 2005.

Le roman est constitué de 17 chapitres, le premier n’étant pas numéroté, mais est repris en partie dans le dernier.

Amine Jaafari est un Arabe israélien qui a réussi, il a un bon travail comme chirurgien, est bien intégré en Israël et vit heureux avec sa femme, Sihem, d’origine palestinienne. Un jour, une femme kamikaze se fait exploser dans un restaurant bondé de Tel-Aviv. Amine a passé sa journée à opérer les nombreuses victimes de l’attentat. Plus tard, on l’appelle chez lui, en plein milieu de la nuit, pour lui demander de revenir d’urgence à l’hôpital, où on lui annonce que la kamikaze était sa femme. Après une phase d’incrédulité, Amine entreprend de comprendre le geste de sa femme, ce qui l’emmènera au coeur des villes palestiniennes ravagées par la guerre, dans les fiefs des terroristes et l’obligera à regarder en face un conflit qu’il avait réussi jusque là à ignorer, à être confronté à une logique qui lui est étrangère. Il voit la misère et l’humiliation que vivent ses concitoyens, des gens dépourvus de liberté et de dignité, que le désespoir pousse au suicide.

Partagez cet article dans vos réseaux :
Share
Partagez cet article dans vos réseaux :
Share